2020-03-21 12:14

Une ligne téléphonique contre les violences conjugales

Coronavirus

Le bureau de l’égalité et de prévention des violences maintient ses prestations pendant les mesures de confinement afin de protéger et soutenir les victimes.

Une manifestation à Genève en novembre 2019

Une manifestation à Genève en novembre 2019

(Photo: Keystone)

Les mesures de lutte contre la pandémie de COVID-19 peuvent entraîner une augmentation du risque des violences dans le couple ou dans la famille. En effet, le confinement partiel accentue la promiscuité, renforce le stress et l’anxiété et limite les temps de répit pour les personnes victimes.

Pour faire face à cette situation, le bureau de l’égalité et de prévention des violences (BPEV) informe que le réseau de prise en charge maintient ses prestations pendant les mesures de confinement afin de protéger et soutenir les victimes.

Rôle de témoin essentiel

Les services d’urgence demeurent. En cas de crainte pour l’intégrité d’une personne ou de sa famille, il convient d’appeler la police au 117. Celle-ci peut, si besoin, prendre une mesure administrative afin d’éloigner la personne auteure des violences et de maintenir les autres membres de la famille en sécurité à domicile. Si nécessaire, les victimes peuvent également être accompagnées dans un foyer.

Dans ce contexte, le rôle des témoins est essentiel, notamment celui du voisinage. En cas de soupçon de violences, contactez la police ou la ligne d’écoute cantonale en matière de violences domestiques: 0840 110 110 qui répond 24 heures sur 24.

Responsabilité de chacun

«La période que nous traversons met à l’épreuve notre capacité à nous montrer solidaires, elle appelle aussi à la responsabilité et à la bienveillance de chacune et chacun pour prendre soin des personnes qui nous entourent», souligne Colette Fry, directrice du BPEV.

Informations concernant les prestations: Prévenir les violences domestiques

Tribune de Genève