2020-03-11 17:38

«Un conseil: ne regardez pas le film Contagion!»

Coronavirus

Effet collatéral de l'épidémie de COVID-19, le film de Steven Soderbergh ou encore «La Peste» d'Albert Camus cartonnent. Pourquoi un tel engouement pour des récits pouvant s'avérer angoissants. Explication.

Les téléchargements illégaux du film Contagion, sorti en 2011, ont explosé entre fin janvier et début février.

Les téléchargements illégaux du film Contagion, sorti en 2011, ont explosé entre fin janvier et début février.

(Photo: Warner Bros.)

«Plus tôt dans la soirée, j'ai regardé le film Contagion... j'ai un conseil pour mes followers... ne regardez pas le film Contagion!». Comme Michael Cohen, chroniqueur au Boston Globe, ils sont nombreux à regretter sur Twitter d'avoir (re-)vu le film de Steven Soderbergh, jugé angoissant. Avec l'épidémie de coronavirus, le long métrage sorti en 2011 (voir bande-annonce ci-dessous) connaît un succès phénoménal sur les plateformes de streaming. Sur iTunes, le nombre de téléchargements a bondi aux États-Unis, faisant remonter Contagion des oubliettes au top 10 du catalogue de films proposés par Apple. Les téléchargement illégaux ont eux aussi explosé, passant de 200 par jour au début de l'année à plus de 25 000 entre fin janvier et début février, selon TorrentFreak.

Bande-annonce du film Contagion. (Source: Youtube)

Contagion, avec au casting Gwyneth Paltrow, Matt Damon, Marion Cotillard, Jude Law, Kate Winslett et Laurence Fishburne (rien que ça!), raconte la rapide progression d'un virus mortel venu de Hong-Kong. Alors que le chaos s'installe progressivement dans les pays touchés et que le nombre de morts explose (26 millions en un mois), la communauté médicale mondiale mène une véritable course contre la montre pour trouver une remède. Sur Twitter, on ne compte plus les message d'internautes qui font le parallèle entre le scénario du long métrage et l'épidémie de Covid-19. Mais pour beaucoup, revoir ce film n'a fait qu'accentuer leur inquiétude vis-à-vis du coronavirus. Au point même, de vivement conseiller à ceux qui ne l'aurait pas encore visionner d'éviter de le faire.

En France, c'est dans les librairies que le coronavirus a déployé un effet inattendu avec un boom des ventes de La Peste d'Albert Camus. Fin janvier, la version poche a ainsi atteint pic de 1700 exemplaires vendus, relate Le Progrès. En Italie, le roman est passé de la 71ème à la 3ème place des ventes sur le site Ibs.it, rapporte pour sa part La Reppublica. Paru en 1947, La Peste raconte la vie des habitants d'Oran, alors en Algérie française, pendant une épidémie de peste qui frappe la ville et la coupe du monde extérieur. Là encore, un récit qui fait écho à l'actualité.

«S'informer et se rassurer»

Mais ce lien avec l'actualité et la publicité faite autour des ces films et livres suffisent-ils à expliquer un tel succès? Pour Patrick Rateau, professeur de psychologie sociale à l'université de Nîmes, regarder Contagion ou bien encore jouer au jeu mobile The Plague Inc. s'expliquent par un «fort besoin d'information» qui se manifeste «quand on est en situation de peur ou d'anxiété». Et cette information, on peut certes la trouver auprès des autorités, des médias mais aussi dans la culture de masse, souvent plus facile et rapide d'accès. «Les films, les jeux vidéo ou les séries font partie de ces foyers d'information simples, plus que les rapports d'épidémiologistes», constate le psychologue sur France Info.

Outre le besoin de s'informer, le public cherche aussi à se rassurer, à savoir comment ça se passe. «Et même si dans Contagion ou Plague Inc., la situation est bien pire que celle qu'on l'on vit actuellement, cet effet de comparaison peut nous aider à mieux supporter la réalité, poursuit Patrick Rateau. On se dit que ça n'arrivera pas à ce point-là. Le problème, c'est que ce ne sont que des fictions ou des jeux. Ce ne sont pas des modèles scientifiques, ce qui peut entraîner paradoxalement une augmentation de la peur.»

Alors, faut-il ou non regarder le film de Steven Soderbergh? C'est à vous de voir. Si vous êtes capables de faire la différence entre cette fiction, très réaliste certes, et l'actualité, alors allez-y. Mais si vous craignez que cela ne vous rendre encore plus paranoïaque que vous ne l'êtes déjà, passez votre chemin.

Bande-annonce du jeu mobile Plague Inc. (Source: Youtube)

Tribune de Genève