2015-04-30 18:09

L'«Homme de Crocs mignons» repart avec sa foi et ses grands sabots sur le Marathon

Course à pied

Fort d'une première bonne expérience l'an dernier, Patrick Terrapon va une nouvelle fois courir avec des chaussures de plage, avec 42 autres adeptes de ses sandales en faveur des enfants malades du foie.

Patrick Terrapon (à g.), sa compagne Roxane Jaquier-Grant (Project Manager KidsETtransplant au centre suisse des Maladies du Foie de l’Enfant à Genève), Georgette Genton (coordinatrice de l'Association pour l'aide à l'enfant greffé) et son fils Ramesh (entraîneur des Aigles de Meyrin) sont prêts pour le Marathon de Genève.

Patrick Terrapon (à g.), sa compagne Roxane Jaquier-Grant (Project Manager KidsETtransplant au centre suisse des Maladies du Foie de l’Enfant à Genève), Georgette Genton (coordinatrice de l'Association pour l'aide à l'enfant greffé) et son fils Ramesh (entraîneur des Aigles de Meyrin) sont prêts pour le Marathon de Genève.

(Photo: GEORGES CABRERA)

  • Christian Maillard

L’«Homme des Crocs mignons» est de retour. Avaler 42,195 km avec des chaussures de plage aux pieds, pour la bonne cause, pour les enfants malades: c’est le défi que s’était lancé Patrick Terrapon l’an dernier. Fort de cette première bonne expérience, celui que tout le monde surnomme «Pompon» repart, son gros cœur en bandoulière, avec ses grands sabots pour un nouveau Marathon. Ce dimanche, entre Chêne-Bourg et le Quai du Mont-Blanc, le but de ce tout neuf quinquagénaire est de sensibiliser les gens et de récolter encore une fois des fonds. Des dons pour des gamins qui ont besoin d’organe.

«Cette année, nous allons courir pour une autre association, mais toujours pour les mômes greffés du foie», précise à ses côtés sa compagne, Roxane Jaquier-Grant, project Manager KidsETtransplant au centre suisse des Maladies du Foie de l’Enfant à Genève. C’est donc pour l’APAEG, l’Association Pour l’Aide à l’Enfant Greffé, que l’athlète genevois, moniteur de sport, va une fois de plus poser ses tripes sur le bitume.

Avec les Aigles de Meyrin

«Mon fils, Ramesh, entraîneur des Aigles de Meyrin, ainsi que deux autres joueurs de basket en fauteuil roulant, vont l’accompagner tout au long de la course», se réjouit la coordinatrice de l’Association, Georgette Genton, qui a besoin de soutien pour gérer plusieurs appartements (loyers, meubles, électroménager, entretien, etc) dans le quartier de la pédiatrie; des logements mis à disposition des parents des greffés durant l’hospitalisation des enfants.

Le Centre Suisse des Maladies du Foie de l’enfant reçoit des gamins malades de cet organe de tout le pays. Un patient greffé peut rester hospitalisé d’un à trois mois, période durant laquelle les parents et les proches peuvent bénéficier d’un logis à proximité de leur petit protégé. L’APAEG, qui ne fonctionne qu’avec des dons privés, soutient, depuis plus de 20 ans, les familles dans cette période difficile.

Laurent Seydoux dans la course

Médecins, infirmiers, handicapés, un politicien (Laurent Seydoux), des amis de Veyrier et de France, ils seront 43 à entourer et soutenir Patrick Terrapon dans sa quête de dons. Que ce soit sur la distance complète, le semi ou par équipe, ils seront 41 en Crocs et 3 en chaises alors qu’ils n’étaient que trois avec ces «pantoufles» il y a douze mois. «C’est le plus grand nombre de coureurs en Crocs sur un marathon», assure le Genevois qui a fait la demande au Guinness Book d’inscrire ce nouveau record insolite. Une autre motivation pour ce sportif hors pair, tout heureux de relever ce défi supplémentaire pour ces enfants malades.

Ni cloque, ni douleur

Et de savourer déjà à l’idée de disputer son dixième marathon, le troisième avec sandales si légères qu’elles vous donnent des ailes. «Je réussis de supers temps avec ça aux pieds. En plus, je n’ai ni cloque, ni douleur, se marre ce formateur et expert cantonal Jeunesse+Sport. C’est vraiment du plaisir de courir ainsi, même si je ne vais pas finir ma vie en crocs. J’admets que selon les terrains, comme à Lausanne, sur les pavés, qu’il est plus pratique d’avoir des baskets…»

«Récupérer des millions…»

Quoi qu’il en soit, c’est avec cette invention américaine que «Pompon» avait récolté 2500 francs pour les enfants en 2014. «Cette année, on espère le double», s’exclame Roxane avant que son compagnon ne renchérisse: «Comme je le dis toujours, on aimerait récupérer des millions pour ces gamins, mais si des entreprises nous offrent du matériel pour les appartements, des canapés, des coups de peinture, des frigos, des cuisinières, revêtement de sol, meuble ou autre, on sera déjà content.»

Comme disait Nelson Mandela, «cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse». Des paroles aux actes, Patrick Terrapon a, depuis, la foi et les crocs. Il attend vos encouragements ce dimanche.

On peut verser des dons sur la page Facebook «42,195 km en Crocs pour l’aide à l’enfant greffé.»

Tribune de Genève