ABO+2019-09-07 13:23

Santé mentale: Ils s’affichent en «barjos» pour briser un tabou

Psychiatrie

La fondation Trajets lance une vaste campagne de sensibilisation. Le message: «Il n’y a pas les fous d’un côté et les gens ordinaires de l’autre!»

Deux des affiches de la campagne «Toutes et tous barjos?» qui regroupe des personnes souffrant de troubles mentaux comme des collaborateurs de Trajets.

Deux des affiches de la campagne «Toutes et tous barjos?» qui regroupe des personnes souffrant de troubles mentaux comme des collaborateurs de Trajets.

(Photo: Davolo Steiner)

En ce moment, des «timbrée», des «marteau» et des «dérangé» colonisent les rues. Des Genevois, souffrant de problèmes mentaux ou non, s’affichent en format XXL dans le cadre d’une campagne visant à déstigmatiser les maladies mentales lancée par la fondation Trajets. Depuis quarante ans, cette institution œuvre à l’intégration sociale et professionnelle des personnes souffrant de troubles psychiques avec un modèle qui sort du cadre. Alors qu’un Suisse sur cinq souffre de problèmes psychiques et que les problèmes mentaux constituent le motif le plus fréquent de recours à l’AI, son action est plus que nécessaire pour appréhender cette problématique cruciale pour l’individu comme pour la société en général. Afin de sensibiliser la population et de briser les tabous, Trajets vient de lancer une campagne d’envergure, «Toutes et tous barjos?» avec un «barjo truck» et une «Mad Pride» (lire encadré). Entretien avec Michel Pluss, directeur général de Trajets depuis dix ans.

Tribune de Genève

Le Barjo truck va sillonner Genève

(Photo: Trajets-concept.com)