2015-03-20 10:05

François va dénoncer la Camorra à Naples

Italie

Samedi, le pape se rendra sous haute sécurité dans le quartier napolitain de Scampia pour délivrer un message contre la mafia locale.

Le pape François sera à Naples samedi.

Le pape François sera à Naples samedi.

(Photo: Reuters)

Le pape François se rend à Naples samedi, où il devrait délivrer un message musclé contre la Camorra, la mafia locale, dans son fief du quartier de Scampia et dans la principale prison de la ville.

Des centaines de milliers de personnes sont attendues samedi dans les rues de cette métropole très catholique, tout au long d'une journée particulièrement chargée pour le pape argentin, qui a prévu neuf étapes et doit prendre la parole à six reprises.

Les mesures de sécurité seront drastiques, d'autant que le pape circulera en voiture sur un total de 25 km. Selon la presse locale, 3000 agents des forces de l'ordre, dont des tireurs d'élite sur les toits, seront déployés.

Même si aucune menace spécifique n'est signalée, le risque d'un attentat djihadiste, après la tuerie de Tunis ou d'une tentative de vengeance de la part de la mafia après l'excommunication prononcée contre elle par le pape, n'est pas à exclure.

Déjeuner avec des détenus

Jorge Bergoglio commencera sa journée par une prière à Pompei, avant de gagner en hélicoptère le quartier défavorisé de Scampia, gangréné par le crime organisé, où il rencontrera la population, moment fort de la visite.

Il rejoindra ensuite en voiture la célèbre Piazza del Plebiscito, dans le centre-ville, pour une messe, avant de visiter la prison de Poggioreale, qui compte 2500 détenus dans un espace prévu pour 1400. Il déjeunera avec quelque 90 d'entre eux, dont une dizaine de transsexuels, homosexuels et malades du sida, selon la chaîne catholique TV2000.

Dans la cathédrale, il s'inclinera ensuite devant les reliques de saint Janvier, un des protecteurs de la ville, dont le sang, selon la tradition, se liquéfie plusieurs fois chaque année. La visite s'achèvera dans l'après-midi par une rencontre festive avec des jeunes qui donneront un concert de chansons napolitaines sur le front de mer.

«Le pouvoir et l'argent ensanglantés»

La lutte contre la mafia, l'honnêteté dans la gestion des biens publics, l'accueil des immigrés, le chômage des jeunes, les scandales de pollution seront les points forts du message du pape.

Depuis son élection, François s'est mis à dos les mafieux, souvent pratiquants et bienfaiteurs des paroisses, en invitant avec force les catholiques à cesser toute collaboration ambigüe avec eux.

En mars 2014, lors d'une cérémonie organisée par l'association catholique antimafia Libera, il avait fustigé «le pouvoir et l'argent ensanglantés». «Il est encore temps de ne pas finir en enfer», avait-il lancé.

La 'Ndrangheta excommuniée

En Calabre en juin, François avait «excommunié» la 'Ndrangheta, puissante mafia locale, franchissant un pas inédit dans la condamnation du crime organisé.

Les relations ont pourtant été longtemps ambiguës: patronage de processions par des mafieux, liens ou tentatives d'influencer certains prélats, détournement de ressources d'institutions et d’œuvres caritatives, achat dans le passé de biens immobiliers du Vatican...

Mais toutes ces pratiques sont à bannir selon François, qui devrait aussi dénoncer les trafics et mécanismes économiques injustes qui permettent aux pouvoirs mafieux de prospérer.

Dans une interview à l'hebdomadaire Panorama, l'archevêque de Naples, Mgr Crescenzio Sepe, a cependant tenu à défendre la réputation des Napolitains, des «gens en quasi-totalité honnêtes et sérieux», et de leur Eglise, qui «a combattu la bonne bataille contre la Camorra».

afp