2014-11-23 21:42

La Trans’Onésienne fait la noce à Thomas Huwiler

Course à pied

Course à piedLe pistard du Satus remporte la 42e édition en couvrant 11 km à près de 19 km/h. Cap sur l’Escalade et le Kenya…

Huwiler file à grands pas vers la victoire.

Huwiler file à grands pas vers la victoire.

(Photo: Georges Cabrera)

  • Bornand Pascal

La Trans’Onésienne est une course qui ne laisse pas indifférent. C’est ce qui fait son charme et sa longévité. En fait, il faut s’y aventurer sans préjugé pour en percer la nature discrète et le parcours contrasté. L’éprouver, c’est l’adopter. «C’est tout sauf une promenade de santé, mais c’est bien pour cela qu’on y revient volontiers. Elle a la beauté du diable», s’enthousiasme un habitué. Ce n’est pas le récidiviste Thomas Huwiler qui le contredira. Samedi, le pistard du Satus s’est illustré en signant son troisième succès d’affilée. En solitaire et à près de 19 km/h de moyenne, excusez du peu! Infernal, c’est lui qui l’était…

Vice-champion suisse du 1500 m cet été à Frauenfeld, le maître d’éducation physique et d’allemand au Cycle des Voirets aime varier les plaisirs, changer de branches. Pour sa rentrée des courses, retardée cet automne par une boursite au tendon d’Achille droit, il a misé sur le travail d’endurance. Du fond (11 km) pour soigner sa forme, du costaud pour affûter ses forces en prévision de la Course de l’Escalade où il se verrait bien terminer meilleur… coureur suisse. «Aujourd’hui, ma course m’a rassuré sur mon état physique et a stimulé ma motivation», confie-t-il en descendant du podium.

A 25 ans, Thomas Huwiler a décidé de ne «plus se cacher». Il affiche ouvertement ses ambitions et veut s’en donner les moyens. Ainsi, pour Noël, accompagné par le Stadiste Julien Wanders, il s’offrira un camp d’entraînement de deux semaines et demie au Kenya. Sur les hauts plateaux d’Eldoret, il espère lancer sa saison de piste sous les meilleurs auspices.

Mais retour à Onex où les derniers coureurs – doublés par Huwiler après quatre kilomètres déjà! – achèvent leur pensum dans la bonne humeur. Certains seniors portent des dossards de poussins! «Les forfaits ont fait le bonheur des derniers inscrits. Notre stock de dossards était épuisé», indique Daniel Cattani, le président du comité d’organisation. Avec plus de 400 écoliers au départ, la 42e édition a battu des records de participation. Elle a vu les meilleurs espoirs genevois – Nathalie Philipp chez les jeunes filles et Gzim Imeri chez les garçons – s’imposer sur la courte distance. L’Escalade n’est plus très loin, elle donne des ailes… Hier, à Neydens, Thomas Huwiler a «chauffé» plus de 2000 populaires venus parfaire leur préparation.

Tribune de Genève