2017-05-12 07:30

Stress, pression, responsabilités: quand le mental des sportifs cède

Omnisports

Considérés comme des «surhommes», des athlètes de haut niveau peuvent aussi dérailler mentalement. Dossier.

Aaron Lennon (joueur d’Everton), comme d'autres sportifs de haut niveau, a plié sous le poids du stress. Les conséquences sont parfois terribles.

(Photo: REUTERS)

Aaron Lennon, 30 ans, est entré à l’hôpital la semaine passée. Non pas pour un souci de genou, mais en vertu de la loi britannique sur la santé mentale. Aperçu marchant près d’une autoroute, le joueur d’Everton, ex-international anglais, a été récupéré par la police et forcé d’entrer en clinique. Aurait-on ainsi évité le pire? Outre-Manche, la question ne manque pas d’agiter le monde du ballon rond, qui n’ignore pas que des sportifs – aussi riches et médiatiques soient-ils – ont parfois plié sous le poids du burn-out, voire de la dépression, avec des conséquences parfois terribles.