2018-02-26 05:00

ID Quantique noue une alliance à 65 millions avec la Corée

Genève

SK Telecom, un géant coréen de la téléphonie, annonce lundi une participation majoritaire dans la PME basée à Carouge.

Grégoire Ribordy (à droite), cofondateur et CEO de la PME genevoise ID Quantique en compagnie de Park Jung-Ho, CEO et Président de SK Telecom.

Grégoire Ribordy (à droite), cofondateur et CEO de la PME genevoise ID Quantique en compagnie de Park Jung-Ho, CEO et Président de SK Telecom.

(Photo: DR)

  • Pierre-Alexandre Sallier

Pour une fois, l’accord ne se situe pas du côté de la Silicon Valley, mais bien en Corée du Sud, terre promise des réseaux mobiles 5G. SK Telecom a officialisé lundi matin un investissement de 65 millions de dollars (60,9 millions de francs) dans ID Quantique, pépite des laboratoires de physique appliquée de l’Université de Genève. L’opérateur historique coréen prend ainsi le contrôle d’une part majoritaire du capital de cette PME de Carouge, qui a vendu en douze ans plusieurs centaines de boîtiers de «chiffrement quantique» à 100 000 francs pièce.

Inspirés des travaux des professeurs Nicolas Gisin et Hugo Zbinden, ces appareils sont destinés à sécuriser les liaisons par fibre optique – par exemple entre une banque et son centre de stockage de données. «Sécuriser le réseau de SK Telecom, notamment en chiffrant les données passant sur les lignes optiques joignant centrales téléphoniques et antennes des stations de base, nécessitera l’utilisation de milliers de ces boîtiers», esquisse Grégoire Ribordy, cofondateur de ID Quantique.

Doubler les effectifs

Pour la PME de soixante employés, l’idée reste surtout de pouvoir s’appuyer sur la puissance de cet opérateur de 30 millions d’abonnés, afin de populariser leurs équipements assemblés dans les ateliers carougeois. «Nous devrons probablement doubler nos effectifs dans les deux ans. Et la moitié des recrutements se fera à Genève», espère le patron de cette PME dont les ventes enflent de 30% par an (elles ont dépassé les 10 millions en 2017).

Avec la mise en place des réseaux mobile de cinquième génération, les groupes télécoms ne veulent plus seulement accélérer le téléchargement de vidéos, mais rêvent de gérer un maillage encore plus vaste faisant fonctionner tous les objets connectés, voitures autonomes comprises. «SK Telecom est l’un des rares à avoir fait le choix des solutions quantiques de chiffrage, comprenant que ce ne seront plus seulement des données privées mais des infrastructures critiques qu’il faudra protéger», décrit l’ancien thésard qui a lancé ID Quantique en 2001.

Vision quantique à Séoul

Les liens qui unissent la PME genevoise et la Corée datent d’il y a trois ans. La rencontre avec Sean Kwak, responsable de la cybersécurité chez SK Telecom, avait conduit en 2016 à un premier financement de 2 millions de dollars. L’approfondissement de leur partenariat s’explique par le développement accéléré de nouveaux ordinateurs dits «quantiques», à la puissance sans commune mesure. «On est à un point d’inflexion de cette technologie apte à remettre en cause les solutions de sécurité actuelles dans cinq ou dix ans», esquisse l’entrepreneur de 46 ans.

L’accord prévoit que le laboratoire quantique d’une quinzaine de collaborateurs de SK Telecom soit intégré à la PME genevoise. Un tiers de ces chercheurs s’installera à Genève. Concurrents d’ID Quantique, les géants Toshiba et Huawei ont, eux aussi, installé leurs labos en Europe.

Tribune de Genève

Grégoire Ribordy (au centre) est le cofondateur et directeur général de la PME genevoise ID Quantique.
Grégoire Ribordy (au centre) est le cofondateur et directeur général de la PME genevoise ID Quantique.(Photo: L. Fortunati)