2019-04-09 11:39

BoxUp, ou quand le digital favorise le sport en plein air

Une start-up veut faciliter la location de matériel sportif et ludique grâce à un casier connecté à une application pour smartphones.

Lucien Manueddu, Florian Voumard et Frank Rouiller, fondateurs de la start-up BoxUp.

Lucien Manueddu, Florian Voumard et Frank Rouiller, fondateurs de la start-up BoxUp.

(Photo: ODILE MEYLAN)

  • Erik Freudenreich / LargeNetwork

Un casier connecté qui permet aux municipalités de mettre à disposition (en location) des équipements sportifs dans l’espace public, c’est le projet que développent trois jeunes diplômés du master Innokick de la HES-SO. «Dans le cadre d’un voyage d’études en Asie, nous avons eu la mission de trouver un concept inédit qu’il serait possible d’adapter en Suisse», explique le Genevois Frank Rouiller. À Hongkong, ses collègues d’études Lucien Manueddu et Florian Voumard et lui-même découvrent l’existence de casiers contenant des ballons de basket-ball qu’il est possible d’emprunter moyennant paiement via une application.

Une fois de retour en Suisse, les trois jeunes hommes férus de sport décident de consacrer leur travail de fin d’études au projet. Baptisé BoxUp, il remporte il y a un an un financement de 150 000 francs de la Fondation Gebert Rüf. La somme permet de lancer le développement de l’application pour smartphones et la conception du casier. «Le principal défi a consisté à mettre au point notre propre système de gestion d’ouverture des casiers, car aucune solution existante n’était adaptée à nos besoins.» Le casier est bâti en inox avec une finition en bois accoya, «deux matériaux souvent présents dans le mobilier urbain, car il est important que notre solution s’intègre de manière harmonieuse et durable au paysage».

Une installation pilote est prévue dans le parc des Rives, à Yverdon-les-Bains, d’ici au début de l’été. «Nous y proposerons différents packs d’activité, allant de ballons de foot aux équipements pour jouer au badminton en passant une formule «loisirs» contenant parasol, chaises longues et jeux de société.» Compter entre 2 et 5 francs de l’heure selon le type d’objet loué. Une demi-douzaine de municipalités suisses romandes ont déjà manifesté leur intérêt pour accueillir leur propre casier. «L’installation est gratuite pour les autorités, en contrepartie nous demandons une fourniture en électricité pour alimenter le casier», précise Frank Rouiller. Si l’intérêt du public suit, les trois jeunes entrepreneurs ont l’objectif d’équiper à terme une centaine de sites à travers toute la Suisse et décliner le concept à l’étranger.

Sur internet: www.box-up.ch

Tribune de Genève