ABO+2019-01-11 19:39

L’État persiste dans son refus de scolariser les élèves frontaliers

Genève

L’an passé, la justice a invalidé le refus de l’État d’accueillir à l’école genevoise des enfants domiciliés hors du canton. L’Exécutif récidive, «dans l’intérêt des élèves».

L’Etat genevois compte refuser tout nouvel élève frontalier à l’école, à moins qu’un membre de sa fratrie n’y soit déjà scolarisé.

L’Etat genevois compte refuser tout nouvel élève frontalier à l’école, à moins qu’un membre de sa fratrie n’y soit déjà scolarisé.

(Photo: Odile Meylan)

En 2016, près de 1500 élèves résidant en France étaient scolarisés à Genève. Chaque année, de nouvelles familles frontalières déposent une demande de dérogation pour que leur enfant intègre l’école genevoise. Mais en février 2017, c’est la panique. Sur les 443 demandes adressées au Département de l’instruction publique (DIP), 143 sont refusées. En cause: le Conseil d’État a durci le règlement de l’enseignement de l’école obligatoire ( lire encadré ). À la suite des recours de parents, la Chambre administrative annule ce refus et les enfants sont acceptés pour la rentrée 2018.

Tribune de Genève