ABO+2017-12-20 06:30

Les déficits des Fêtes rebattent les cartes

Genève

À douze semaines de la votation sur l’avenir de la manifestation, les déboires de Genève Tourisme auront sans doute une influence sur le résultat.

L’ampleur des pertes pourrait influencer la votation à même de redéfinir le format des futures Fêtes de Genève. Une manifestation qui éprouve un problème de positionnement selon les professionnels de l’événement et du spectacle.

L’ampleur des pertes pourrait influencer la votation à même de redéfinir le format des futures Fêtes de Genève. Une manifestation qui éprouve un problème de positionnement selon les professionnels de l’événement et du spectacle.

(Photo: Laurent Guiraud)

La crise que traversent les Fêtes de Genève se heurte au calendrier des votations. Les éditions 2018 et futures sont en jeu dans deux processus parallèles à bien distinguer. D’une part, celle de 2018 est menacée faute de financement après les annonces faites lundi – pour rappel, un déficit 2017 porté à 3,2 millions sur un budget de 4,5 millions, entraînant le départ de deux dirigeants de Genève Tourisme. La fondation présentera en début d’année prochaine le scénario retenu pour l’été, allant de rien du tout à un service minimum incluant un équilibre financier obligatoire. Les éditions 2019 et futures dépendront, elles, du choix qu’effectueront les électeurs de la ville de Genève le 4 mars entre l’initiative de Jean Barth, qui réduit les Fêtes à une semaine sous tutelle municipale et déplace les forains à Plainpalais, et le contre-projet de la Ville, qui les maintient sur onze jours sans subventions (voir infographie). Le résultat du vote ne s’appliquera que l’été suivant.

Tribune de Genève