ABO+2019-03-01 07:00

Malaise et flou juridique sur la question des élèves frontaliers

École

L’État a refusé de scolariser 184 élèves domiciliés hors du canton. La légalité de la mesure fait débat chez les spécialistes.

Il appartiendra à la Cour de justice de la Chambre administrative de trancher.

Il appartiendra à la Cour de justice de la Chambre administrative de trancher.

(Photo: STEEVE IUNCKER-GOMEZ)

En février 2018, le Conseil d’État a décidé que plus aucun nouvel élève frontalier ne serait accepté à Genève, à moins qu’un membre de sa fratrie n’y soit déjà scolarisé. En début de semaine, le couperet est tombé pour les familles non-résidantes à Genève et qui désirent y scolariser leur enfant. Sur les 257 dossiers, 184 ont été refusés par le Département de l’instruction publique (DIP), comme l’a indiqué «20 minutes». C’est une quarantaine de plus que l’an passé. Le DIP indique qu’un premier recours a déjà été déposé. D’autres devraient suivre: l’avocat genevois Me Romain Jordan défend une dizaine de familles et a reçu «instruction de faire recours pour plusieurs d’entre elles».

Tribune de Genève