2019-04-26 14:50

«Exclure» les hommes le 14 juin? Les avis divergent

Polémique

Les femmes veulent être au centre de l’attention lors de la grève féministe. Elles invitent les hommes à rester en retrait, à la maison ou au travail.

hero image

  • Florent Quiquerez

C’est comme dans les contrats, il faut toujours se méfier du petit astérisque qui renvoie à une note de bas de page. Sur tout le matériel de communication en vue de la grève féministe. Le mot «femmes» est systématiquement accompagné d’une étoile qui renvoie à une précision importante: «la grève s’adresse à toute personne qui n’est pas un homme cisgenre». En clair, les hommes qui se reconnaissent dans le genre qui leur a été attribué à la naissance ne sont pas les bienvenus.

L’homme qui se sent féministe sera-t-il persona non grata le 14 juin? «S’il y a des hommes qui veulent descendre dans la rue, ils doivent rester derrière et ne pas se mettre au centre de l’attention, a confirmé ce vendredi matin Tamara Funicello, présidente démissionnaire de la Jeunesse socialiste suisse sur les ondes de la SSR. Car le problème aujourd’hui, c’est justement que les hommes sont toujours au centre de l’attention. Regardez dans les médias! Or cette action est organisée par et pour les femmes. Ce sont elles et elles seules qui doivent être au centre de cette journée».

Pour les hommes qui aimeraient se montrer solidaires, la Bernoise propose deux options. «Les hommes qui se battent pour l’égalité peuvent organiser une autre grève à un autre moment. On les invite chaleureusement à s’engager en ce sens. Mais pas le 14 juin». L’option la plus simple pour montrer son soutien est toutefois que les hommes délestent les femmes de leurs charges quotidiennes ce jour-là. «Il faudra bien quelqu’un qui s’occupe du ménage et des enfants. Car malgré tout ce qu’on dit, cela reste des tâches majoritairement réalisées par les femmes», lâche Tamara Funicello. Il faudra aussi des hommes qui restent travailler. Car si les femmes sont dans la rue, il faudra tout de même que les entreprises et autres administrations offrent un service minimum.