2019-02-27 08:56

Novartis offre un congé de 14 semaines aux papas

Suisse

Le géant bâlois de la pharma devient l'entreprise la plus généreuse en la matière. Dès le 1er juillet, il propose un congé paternité de 70 jours.

hero image

(Photo: Keystone)

  • Christine Talos

Bonne nouvelle pour tous les 13'000 employés Novartis en Suisse et les 126'000 dans le monde. Le géant bâlois de la pharma va offrir à tous les papas dès le 1er juillet un congé paternité de 70 jours, soit 14 semaines. Ils n'avaient jusqu'ici que 6 jours. Les femmes continueront en revanche de bénéficier comme avant de 18 semaines, comme dans beaucoup d'autres firmes du secteur.

Devant Google

Ce geste en faveur des pères va faire de Novartis l'entreprise la plus généreuse de Suisse en la matière, souligne mercredi l'«Aargauer Zeitung».

Jusqu'ici la palme était détenue par Google qui offrait 60 jours, soit 12 semaines, devant Johnson&Johnson (8 semaines). Ikea et Microsoft venaient ensuite avec 6 semaines de congé paternité, alors que de nombreuses villes, dont Bienne, Berne, Genève, Lausanne ou Neuchâtel, offrent 4 semaines.

La mode de la Silicon Valley

Pourquoi pareille générosité de la part de Novartis? Elle est due à l'arrivée de son nouveau patron, l'Américain Vasant Narasimhan, qui avait affirmé vouloir changer le monde en prenant ses fonctions il y a un an, explique l'«Aargauer Zeitung».

Il a en effet promis un nouvel environnement de travail dans lequel les employés pourraient s'épanouir. Un style à la Silicon Valley, souligne le journal, qui combine au mieux travail et famille tout en faisant disparaître les frontières entre job et loisirs.

Une chose est sûre: l'annonce du géant bâlois va relancer le débat politique autour du congé paternité. Rappelons qu'une initiative populaire, déposée en juillet 2017, réclame un congé de 4 semaines minimum. Une commission des Etats juge que celui-ci engendrerait des pertes annuelles de 420 millions d'euros et estime que deux semaines suffiraient. Elle a à son tour émis une initiative parlementaire qui doit servir de contre-projet indirect. Les Chambres n'ont pas encore tranché et le peuple se prononcera sans doute en 2020.

Tribune de Genève