2019-02-11 11:10

L'examen de conduite sur une automatique a la cote

Suisse

Selon un sondage, 35% des élèves conducteurs veulent passer leur permis sur une voiture automatique. De quoi inquiéter les moniteurs.

hero image

  • cht

Depuis le 1er février, les conducteurs qui ne possèdent qu’un permis pour véhicule automatique peuvent désormais prendre le volant de voitures manuelles. Dans la foulée, les candidats au permis peuvent obtenir leur «bleu» sur une automatique et conduire ensuite un véhicule manuel. Cette nouveauté suscite l'enthousiasme auprès des élèves conducteurs, révèle la «SonntagsZeitung» dans un article repris par «20 Minuten».

En effet, selon un sondage de l'association des moniteurs d'auto-école effectué auprès de 502 élèves, 35% de candidats au permis veulent passer leur examen avec une voiture automatique. Jusqu'ici, ils étaient seulement 10% à opter pour un tel véhicule pour obtenir leur bleu. Il faut dire que jusqu'ici, ceux qui réussissaient la pratique avec une automatique pouvaient uniquement conduire des véhicules de ce type.

Inquiétude des professionnels

Les professionnels de la branche sont inquiets. Tant le Bureau de prévention des accidents (bpa) que le Touring Club Suisse (TCS) redoutent une augmentation des accidents. Le bpa craint par exemple que «l’apprentissage du débrayage et du changement de vitesse se fasse en pleine circulation».

Jean-Bernard Chassot, directeur de la Fédération romande des Écoles de conduite, indiquait lui aussi à l'ats récemment craindre pour les jeunes conducteurs: «Vous imaginez un jeune qui obtient son permis le vendredi et à qui son patron demande le lundi matin de conduire la camionnette de l’entreprise ?» Dans la «SonntagsZeitung», un moniteur thurgovien avait la même préoccupation: «Si quelqu'un a seulement appris à conduire sur la transmission automatique et doit soudainement changer de vitesse, les accidents sont inévitables», estime-t-il.

En revanche, du côté de l’Office fédéral des routes (OFROU), on est serein. «Le volume de circulation sur les routes suisses a doublé depuis 25 ans», a rappelé son porte-parole Guido Bielmann à l'ats. «Les exigences pour les débutants sont devenues très importantes. Alors, apprendre la conduite sans le stress du changement de vitesse est plus facile». Et de poursuivre: «À partir du moment où le débutant gérera la conduite dans cette circulation complexe, il apprendra rapidement à utiliser une boîte à vitesses.»

Tribune de Genève